Un courriel d'information sur les produits sélectionnés vous sera envoyé sous peu.
Merci!

Le Maitre | Caviste Virtuel par Maître de Chai
Une expérience unique; de la commande jusqu’à la dégustation!
Téléchargez l’application et vous y découvrirez une expérience unique qui dépasse largement la simple commande de vin en ligne! Accès direct au plus grand catalogue d’importations privées au bout de vos doigts, offres personnalisées, service de livraison « gants blancs », rétroactions et plus encore.
En savoir plus
Demande d'info

Aucune

Aucun

Ajouter un produit

Votre demande a bien été envoyée. Vous allez recevoir un courriel de confirmation.
Merci!

Vous êtes déjà inscrit.

inscription infolettres

Archives

Domaine Serge Laloue

Alors que les parents de Serge Laloue sont agriculteurs, il décide de s’orienter vers la viticulture. À partir de là, il va développer le domaine pour arriver à 20 hectares de vignes en appellation Sancerre dans son village natal de Thauvenay. C’est là que grandissent ses enfants, entre la cave et les vignes, où le travail et vie familiale sont indissociables. La relève est assurée par Franck Laloue, fils de Serge, après une formation au lycée viticole de Beaune au début des années 90s, qui est rejoint par sa sœur Christine en 1998.

Ensemble, ils ont affiné les différentes cuvées en introduisant des vinifications parcellaires et des expérimentations avec œuf béton et amphores, qui se sont avérées très concluantes et qui ont d’ailleurs donné naissance aux cuvées Silex et Poitevinnes (œuf béton + amphore). En 2018, ils font l’acquisition de 5 hectares en IGP Côtes de la Charité (Chardonnay et Pinot Noir) sur des terroirs viticoles qui présentent une forte tonalité bourguignonne avec des sols similaires qui contribuent à la richesse aromatique des vins. Enfin, nous sommes rassuré de savoir que Clément, le fils de Franck est présentement en formation BTS viticulture-oenologie afin de se joindre lui aussi à l’aventure familiale.

Bonnet Huteau

Bonnet-Huteau

Le Domaine Bonnet-Huteau se situe au cœur du vignoble du Muscadet, à l’intérieur du périmètre autorisant le suffixe ‘Sèvre et Maine’.

Il y a dix ans, les frères Jean-Jacques et Rémi Bonnet ont abandonné la culture traditionnelle pour adopter le retour aux labours, la limitation des rendements et, il y a cinq ans, la conversion à la culture biologique.

Les Muscadet bien constitués sont des aubaines. Cette catégorie est le contre-pied du muscadet assez ordinaire qui est encore trop largement distribué. Au sein d’une aire aussi vaste, près de 9000 hectares, il est moins évident qu’à Vosne-Romanée, par exemple, de recueillir de la presse élogieuse. Il est heureux de constater que le Château de la Tarcière figure dans la ‘sélection de vignerons’ du livre de référence ‘Le chemin des vignes / Vallée de la Loire’  produit par la rigoureuse publication ‘Le Rouge et le Blanc’.

Château de Villeneuve

Grand styliste du paysage saumurois

Les Chevallier, vignerons depuis déjà trois générations, deviennent propriétaires du Château Villeneuve en 1969 en appellations Saumur et Saumur-Champigny. Ce lieu où les vignes sont présentes depuis le 16è siècle, représente historiquement un grand terroir pour le Chenin blanc et le Cabernet franc, au remarquable potentiel de vieillissement. Les vins du Château de Villeneuve ont depuis longtemps conquis les amateurs de vins de Loire, et c’est une grande fierté de les avoir au portfolio depuis les tous débuts de Maître de Chai en 1996. Pour la petite histoire, une des cuvées parcellaire du domaine ‘Clos de la Bienboire’ – connotation historique qui reflète d’ailleurs le style du vin- est une bonne idée de Gilles Martin notre fondateur, qui a incité le propriétaire des lieux à en faire une cuvée à part entière.

Jean-Pierre Chevallier dirige avec exigence et passion le vignoble familial, partiellement situé sur la spectaculaire côte de Souzay qui domine la Loire, offrant une vue imprenable. Traduisant au plus près l’expression de cette côte calcaire, cet œnologue formé à l’école bordelaise donne naissance à des vins homogènes à la matière fraîche, dans lesquels le fruit parle librement. Il a su affiner progressivement les élevages au fil du temps et est reconnu comme un des grands stylistes du paysage saumurois, s’imposant comme une référence de choix.

Le travail au vignoble, certifié en agriculture biologique depuis 2011, se fait sans utilisation de désherbants, ni pesticides ou engrais chimiques. Tout est mis en œuvre pour donner à la plante son équilibre naturel: culture des sols, limitation des rendements et vendanges manuelles. Par ailleurs, comme Jean-Pierre souffre d’une allergie aux sulfites, soyez assurés que très peu de soufre est utilisé dans l’élaboration des vins. Un nouveau chai de vinification a vu le jour en 2016 suite à des travaux majeurs de restauration des caves originelles du château qui sont devenues l’abri idéal du vin. C’est dans ce même sol de tuffeau, cette pierre calcaire qui fait la noblesse du terroir, où les vignes plongent leurs racines sur les 25 hectares de vignes qui composent le domaine.

Les vins sont parfaitement calibrés et livrent de magnifiques interprétations de Cabernet franc et de Chenin, en traduisant parfaitement leur origine. Les blancs sont épurés, et ce même dans les millésimes solaires qui mettent en péril la fraîcheur, grâce à une trame calcaire svelte qui vient souligner l’expression avenante du fruit. Les rouges sont habilement façonnés en cave, tout en conservant un éclat de fruit velouté, fidèle au terroir et propre à la signature de Jean-Pierre Chevallier : ‘Clos de la Bienboire’, vinifié sans soufre, est toujours gorgé de fruit, alors que la définition minérale du tuffeau va naturellement plus loin avec les ‘Vieilles Vignes’ qui s’affirme avec une grande distinction qui offre un réel soyeux de tanins.

Domaine Claude Lafond

Les AOC ligériennes Reuilly et Quincy sont jumelles, placées dans l’axe du Cher, un des affluents méridional de la Loire, entre les AOC Montlouis et Sancerre. La coïncidence est intéressante, au domaine Lafond, comme au domaine Mardon à Quincy, c’est une femme qui gère maintenant la propriété. Nathalie  Lafond, poursuit l’œuvre de son père Claude avec la même ferveur. Comme à Quincy, les rouges sont faits de Pinot noir et les blancs de Sauvignon.

Deux vins du Domaine Lafond sont produits de spécialités à la SAQ : l’éclatant Sauvignon ‘Clos des Messieurs’ et le Pinot noir ‘Les Grandes Vignes’ qui est un rapport qualité-prix sensationnel. Le ‘Guide des Vin de France’ de Bettane et Desseauve annote que « d’une belle régularité, ce domaine phare de l’Indre produit des cuvées bien constituées ».

Domaine de Bellivière

Les appellations Jasnières et Coteaux du Loir sont connues surtout des insiders du vin. Petites de tailles, elles sont isolées à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tours, sur les versants du Loir, dans le bassin de la Loire. S’y rendre constitue une forme de pèlerinage, réservés aux seuls œnophiles. Originaire de Paris, la famille d’Éric Nicolas s’y est établie il y au une vingtaine d’années pour y entreprendre une vie de vigneron, avec conviction.

Ils exploitent une trentaine de parcelles sur cinq communes et de surcroit selon le mode cultural de la biodynamie. Aussi, les vignes sont labourées et les récoltes manuelles. Bref, les Nicolas sont des vrais bosseurs. Et aussi visionnaires, car ils ont aujourd’hui une notoriété qui est inversement proportionnelle à la taille des AOC en question. Bref, le Domaine de Bellivière jouit d’une grande réputation.

Les vins sont parmi les plus formidables de la grande région de la Loire. Les Chenins du Domaine de Bellivière ont des expressions minérales infiniment séduisantes. Les belles cuvées ‘Vieilles Vignes Éparses’ et ‘Calligramme’ sont à mettre en cave impérativement pour une bonification sur plusieurs années.

Domaine François Chidaine

Acteur majeur des blancs de Loire, François Chidaine fait partie de ceux qui ont révélé Montlouis, son fief d’origine. L’appellation connaît depuis plusieurs années un rare dynamisme, qu’elle lui doit en grande partie. Peu de vignerons français sont, comme lui, aujourd’hui unanimement respectés par leurs pairs, qui saluent son labeur acharné depuis près de trente-cinq ans, son engagement pour une viticulture modèle, son sens aigu du collectif et la formidable qualité de ses vins. Dépourvu d’ego, soucieux du moindre détail, ce grand styliste du Chenin n’a pas son pareil pour proposer de grands vins blancs accessibles à tout âge, qui incarnent l’excellence vigneronne tourangelle, et restent globalement fort sages en termes de prix, régalant des générations d’amateurs enthousiastes et convertis à la magie des grands vins de la Vallée de la Loire.

Avant de fonder son domaine, François Chidaine évolue au sein de la propriété familiale et endosse immédiatement de grandes responsabilités. Sa première vendange se déroule en 1989, grand millésime de moelleux, qui le convainc du potentiel de ses terroirs. Il n’a dès lors de cesse d’agrandir petit à petit le domaine, isolant chaque parcelle pour la vinifier séparément, reprenant les 8 hectares de ses parents qui lui cédèrent l’intégralité de leur vignoble en cours de route, en plus du rachat de Clos Baudoin à Vouvray, un terroir historique de l’appellation. Une patiente construction qui atteint dorénavant 37 hectares (divisés en 50 parcelles!), dont 22 à Montlouis et 7.5 à Vouvray.

De nature très consciencieuse, François passe le plus clair de son temps dans ses vignes qu’il connaît par cœur. Les vendanges sont exclusivement manuelles, ce qui est déterminant afin d’éviter les saveurs végétales. Les jus fermentent grâce aux seules levures indigènes, les fermentations malolactiques ne sont ni bloquées ni encouragées, et l’équilibre naturel des moûts est respecté. Les vignes sont enracinées sur des sols de tuffeau (calcaire blanc crayeux typique de la Touraine) et d’argiles-à-silex, qui donnent lieu à un riche éventail de nuances dans les vins. Chef de file ayant tracé la voie pour la génération montante, François Chidaine est devenu l’un des maîtres du Chenin blanc, un cépage qu’il qualifie de « traceur de terroir » puisqu’il parvient à traduire de superbes expressions de minéralité et brille au vieillissement.

Incarnant un modèle de viticulture et de savoir-faire incomparable, le domaine œuvre en agriculture régénérative où tout est mis en place pour créer un équilibre vertueux. Il fait également partie des premiers à intégrer Biodyvin dès 1999, l’exigeant label des meilleurs propriétés viticoles en biodynamie. Aidé par son épouse Manuéla, François ne cesse d’affiner les vinifications et les élevages, menant un travail très exigeant afin de proposer des cuvées encore plus abouties. Aujourd’hui, il transmet sa sagesse vigneronne à ses enfants, Alice et Pierre, et est en parallèle président de l’appellation Montlouis.

Tout n’a pas été facile pour François, qui a rencontré un obstacle inattendu et inconciliable, ayant engendré son lot de vives incompréhensions en 2014 : Vouvray a interdit la mention de son appellation aux vins qui en sont issus lorsque ceux-ci sont produits et embouteillés en dehors de sa zone géographique. Cela signifie que les « Vin de France » de François Chidaine sont donc en réalité des Vouvray (pourtant originaires des parcelles les plus réputées) qui sont vinifiés hors de leur zone d’appellation, puisque le chai se trouve juste en face à Montlouis-sur-Loire, et donc ne peuvent la revendiquer.

Le millésime 2022 a donné ici des vins impressionnants de justesse. Le Moelleux dégage une expression de pureté lumineuse avec une trame toute en énergie qui le fera évoluer dans un équilibre onctueux et frais. Clos du Breuil à Montlouis est plus argileux, il offre ampleur et un fruit charnu, Clos Baudoin à Vouvray est une toute puissance aromatique et le Brut Nature est l’un des meilleurs effervescents de la Loire dans cette gamme de prix. Un domaine incontournable pour tout amoureux des grandes expressions ligériennes du Chenin.

Domaine François Cotat

Il faut distinguer les Domaine François Cotat et de Pascal Cotat, deux cousins. La réputation mythique du domaine a été bâtie par Paul Cotat, père de François. Paul aimait le raisin très mur et, dans les millésimes chauds. il réalisait orgueilleusement des cuvées très recherchées de vins demi-secs. François récolte aussi des raisins très murs. Le terroir de la commune de Chavignol est fait de calcaire kimméridgien qui, tout comme à Chablis, octroie de la longévité aux vins. Si la forte identité des vins de François Cotat s’explique par les récoltes patientes, à la main bien entendu, et le terroir, il y aussi les savoir-faire du pressurage et de l’élevage. Pour découvrir le plein potentiel de ces cuvées mythiques, les détenteurs de Sancerre de Cotat auront toutefois le devoir de garder 20 ans en cave quelques bouteilles de ‘Grande Côte’, ‘Culs de Beaujeu’ ou ‘Monts Damnés’…

Bonnet Huteau

Domaine Henry Natter

L’AOC Sancerre couvre environ 2500 ha, ce qui la situe parmi les plus vastes des appellations communales de France. Une poignée de parcelles se situe en retrait du noyau géographique de 8km autour de la ville même se Sancerre. À 15 km de cette dernière, les vignes de la commune de Montigny constituent un des îlots excentriques de l’appellation. Henry Natter y détient la prépondérance du vignoble de l’endroit qui s’appuie sur l’un des trois sous-sols typiques de l’appellation, les ‘Terres Blanches’. C’est lui qui entreprit d’y planter des vignes il y a trente ans. L’édition 2013 du guide Bettane et Desseauve des vins de France écrit ceci sur le domaine : ‘’Le sous-sol argilo-calaire (kimméridgien) et la bonne maturité des vendanges permettent d’obtenir des blancs avec des touches souvent exotiques, sans aucune lourdeur.’’